Pêcher la truite au toc avec une nymphe artificielle

%MEGASKRIPPER%


Les pêcheurs au toc,  aux  appâts naturels, pratiquent de plus en plus cette technique avec une  nymphe. Choix tactique qui fait parfois une réelle différence  en comparaison des esches traditionnelles vivantes, tel que le ver, la teigne ou autres insectes. De plus, se sont des appâts qui ne meurent pas ! Nous pouvons donc les conserver d’une année sur l’autre, sauf si on a la fâcheuse habitude de les pendre dans un arbre !
Trois méthodes pour pêcher divers profil de rivières ; le ruisseau, le torrent et les grands plats. Nous n’utiliserons pas la même nymphe suivant le profil rencontré, détaillons un peu cette approche différente de la pêche au toc.
Il faut bien garder à l’esprit que le ruisseau est et restera  la meilleure école pour apprendre à pêcher la truite, lire la rivière et prendre des poissons rapidement.

Pas de changement qui bousculent toutes les habitudes du pêcheur, le matériel que vous avez sera amplement suffisant pour pêcher avec une nymphe. Contrairement à la pêche à la mouche, nous avons la possibilité de plomber notre bas de ligne, ce qui autorise une pêche beaucoup plus efficace dans les eaux agitées des torrents ou ruisseaux. Les eaux vives ne sont pas un frein, même si la nymphe est tés légère (c'est d'ailleurs ce qu'il faut pour le toc)

Le ruisseau

truite fario prise au toc en nymphe

C’est certainement là ou vous pouvez, sans grosses difficultés, commencer à pêcher en nymphe, les truites sont assez faciles à leurrer, même si la touche est parfois suffisamment discrète et rapide pour avoir de beaux loupés !

Pour le matériel, rien ne change, vous pêcher avec votre canne toc favorite équipée de son moulinet habituel, en évitant si possible les cannes trop souples, l’amplitude de ferrage est importante et pas toujours possible en ruisseau encombré. Un corps de ligne en 12 ou 14 centièmes et un bas de ligne en 10 ou 12 centièmes conviennent, équipé d’un guide fil visible de petite taille et d’un micro émerillon reliant le bas de ligne au corps de ligne. Les nymphes utilisées seront de type à bille, laiton ou tungstène, d’une taille comprise entre  8  et  14, montées directement sur un bas de ligne dont la longueur est en rapport à la profondeur moyenne du ruisseau, sans aucuns plombs. La technique de pêche est assez simple,  il suffit de « déposer » les nymphes le long des berges et cailloux, blocs et racines en les laissant rapidement plonger, les truites se saisiront de la nymphe en un éclair, et bien souvent on voit la truite sortir de sa cache, il faut alors être concentré. Il faut impérativement attendre que le poisson amorce le demi-tour qui le reconduira vers sa cache avant de ferrer, si le ferrage s’effectue quand la truite engame la nymphe, c’est quasiment loupé à chaque fois. 

La grande rivière

Discrétion dans la pêche au toc
le matériel et la technique est similaire à celle employée pour ce type de pêche, de longues coulées en eaux fortes de par le volume de ces rivières..

Cependant, la pêche en nymphe est beaucoup plus agréable à l'étiage, ces grandes rivières sont alors suffisamment claires et leur niveau suffisamment bas pour pêcher les truites à vue. Il faudra alors employer un matériel qui supporte des plombées très légères, une action douce permet de lancer avec précision vos immitations, truites et ombres se laisseront séduire par vos nymphes.

Alors même si l'on dit souvent "chassez le naturel il revient au galop", parfois vos nymphes auront la part belle dans vos parties de pêche, et sur certains ruisseaux ou aucun pêcheur n'utilise cet appâts, vous serez agréablement surpris de leur efficacité, mais dépêchez vous...certains pêcheurs profitent déjà de ces instants magiques!

Quelle nymphe

Pour pêcher au toc avec une nymphe, le choix est beaucoup plus facile que pour la pêche à la mouche, les secteurs pêchés sont souvent rapides et fougueux, la truite se saisi des proies rapidement sans examiner ce qu'elle prends, elle peut recracher l'appât qui ne lui convient pas, mais reste toutefois moins sélective que les poissons des grandes rivières. Le choix se tournera vers des nymphes assez classiques, tel que les pheasant tail, dont l'efficacité n'est plus à prouver, dans des tailles allant de 12 à 18, quelques nymphes de mouche de pierre, je préfére les grosses tailles pour ce type de nymphe, 10 ou 12, sans oublier quelques mouches noyées, elles sont très efficaces et peu employées à tort.

Le pétsu