Les éditos de l'année 2012

Janvier

C'est la tradition, nous nous souhaitons mutuellement une bonne année au mois de Janvier, mais après de nombreuses années passées au bord de l'eau, je peux dire que de nombreux pêcheurs n'ont plus de savoir vivre. Même si le nombre de pêcheurs diminue d'année en année, il ne semble rester que les gens ne pensant qu'à rentabiliser leur carte de pêche.

En effet il est déplorable de voir de telles mentalités à notre époque, la pêche doit rester un loisir, il ne s'agit plus de pêcher pour subvenir à un besoin évident, mais de prendre du plaisir dans cette nature déjà si chahutée et bouleversée par l'homme.

Il y a quelques années, on pêchait pour se nourrir, sans prélèvement excessif, puisque la conservation du poisson était quasi impossible. Mais qui fait le plus de mal à nos rivières, un ancien prélevant une dizaine de truites dans l'année, celui qui pense agir correctement en pratiquant le no-kill intégral, le " viandard " ramassant tout sur son passage jusqu'au moindre poisson sur lequel il tire un peu pour être à la maille, le tri sélectif entre pure souche ou non. Tout ces propos me laissent perplexe, qui as raison et qui a tort. Lequel de ces pêcheurs doit on montrer du doigt ? Tout fout le camp et même nos jugements deviennent déraisonnés !
Certains de nous pensent détenir la solution, mais qu'en est-il vraiment ?
Comment pouvoir dire et affirmer que nous détenons la solution ?
La meilleur des solutions réside en chacun de nous, tout d'abord par le respect de simples règles de politesse, répondre à un bonjour n'est pas si contraignant que cela, prendre quelques minutes pour discuter avec le propriétaire du champs, l'écouter parler de sa rivière qu'il connaît depuis 60 ans, donner un conseil à un jeune qui s'amuse en découvrant les plaisirs de la pêche, toutes ces choses qui ont tendances à disparaître.
Alors, n'essayons pas de juger ces pêcheurs, essayons plutôt de redonner goût à nos enfants, ce goût de liberté qui s'appelle nature, plaisir simple à la portée de toutes et de tous. Nous serons très certainement récompensés par un respect beaucoup plus agréable et supportable, avec moins d'agressivité déplacée ! L'avenir de nos rivières et de notre patrimoine passe certainement par cette phase de ré apprentissage des règles de bases !

Et malgré ce tableau peu optimiste , je vous souhaite à tous une excellente année 2012!

X.Hudry

fevrier

Carrefour de la pêche

Dernier grand rendez vous avant l'ouverture de la truite en première catégorie, le salon de Clermont-Ferrand attire de nombreux pêcheurs avides de nouveauté. Gageons que chacun ai trouvé son bonheur parmi tous les produits proposés, avec me semble t-il un accent bien marqué pour la pêche aux leurres.
Les grandes marques s'étalent sur de très gros stand ou quelques grands noms de la pêche s'agitent en démonstration bruyante et bien rodée de tel ou tel leurre, au milieu d'une foule compacte qui ne laisse qu'entrevoir le matériel… Je me suis donc tourné, comme toute les années , vers les stands des artisans, La gamme Marc Delacoste, qui reste à une échelle humaine et destinée à la pratique de la truite, nous accueille avec un espace vaste ou la convivialité est de mise, la gamme de ses cannes s'enrichissant de la nouvelle Loxus dont nous proposerons un test prochainement, et bien sur de son nouveau moulinet, qui devrait à mon avis séduire nombre de pêcheur cherchant un produit de belle facture à un pris raisonnable. Variopêche, en la personne d'Alain Segond, propose toute une gamme de produits, tout particulièrement pour la pêche au manié, avec une nouveauté, une monture à manié munie d'une bavette aidant la nage du vairon ou du leurre, un compromis entre poissons nageur et monture à manié, à suivre donc. Toc Passion propose sa Millenium, une canne Fil Intérieur d'une qualité comme je n'en ai rarement rencontré, le stand Pierre Sempé, ou les produits sont a la hauteur de la réputation de cette marque….
Le point fort de ces artisans de la pêche, écouter et accueillir simplement les pêcheurs en comprenant leurs attentes et leurs désirs, toujours disponibles et agréables ils sont pour moi les meilleurs acteurs de ces salons, en proposant des produits de qualité. Clermont-Ferrand restera pour moi le lieu de rencontre de ces artisans qui défendent certaines valeurs et un savoir faire…Français !

Mars

Enfin, la dernière ligne droite!

Nous y sommes enfin, cette satané ouverture pointe son nez, ça sent vraiment bon! Tous les pêcheurs de truites sont prêts, y compris les pêcheurs occasionnels qui profitent de l'ouverture pour ferrer quelques truites lâchement lâcher la veille afin de satisfaire les membres d'une AAPPMA.
Néanmoins, il me semble raisonnable d'ajouter à ces lâchers quelques recommandations quand au comportement des pêcheurs. Il pourrait d'ailleurs en être fait état sur la carte de pêche, ou maintenant ,avec l'achat de ces cartes sur la toile, de faire signer une acceptation de règlement avant paiement, ce qui pourrait sauver quelques truites ou portions de ruisseaux/rivières....

  • respecter les pêcheurs sur les lieux
  • laisser l'endroit propre, il parait que le pêcheur aime la nature, ce qui ne semble pas être le cas au vu du nombre de boîtes de vers que l'on trouve au bord de l'eau
  • respecter les propriétés
  • ne pas marcher dans l'eau la majorité des pêcheurs ne sachant pas reconnaître une frayère, la destruction de celles ci entraîne la mort du fraie de l'année
  • donner son lieu de pêche à ses proches si on pêche seul

Cette liste n'est pas exhaustive, mais l'ouverture est une fête, un renouveau pour certains, une journée truite à congeler pour d'autres, chacun a ses propres motivations, et il me semble impératif de respecter le choix de tous. Je le dis souvent, les contacts avec vos AAPPMA respectives permettent de donner sa vision des choses, se n'est pas en se battant comme des chiffonniers au bord de l'eau que les problèmes vont se résoudre...

Profiter pleinement de cette ouverture doit être le maître mot!

Merde à tous

Le pétsu

Avril

Une ouverture en demi-teinte
Du froid, de la neige et du vent, un cocktail qui ne promettait pas une belle ouverture pour certains… Les eaux froides ont tenu les truites bien calées pour cette ouverture, tout du moins pour le matin.

La période de grand froid qui a précédé l'ouverture a laissé des traces, des plaques de glace, de la neige gelée et une eau très froide ont dans l'ensemble calée les truites, seul le soleil de l'après midi permettra de plus jolies piquées. Ne parlons pas des AEC qui, fidèles à leur fonction, se sont laissées prendre dans le WE, tout comme les autres poissons " exotiques " lâchés un peu partout. Les truites sauvages, j'entends nées dans la rivière, sont plus difficiles, le grand froid les a affaiblies, elles sont maigres en altitude et se jetteront rapidement sur tous les appâts qui passeront à leur portée dès un réchauffement significatif. On a même put observer des truites sur les frayères, assez inhabituel tout de même….

La saison est donc lancée, souhaitons que la pluie vienne donner un peu de vie à nos ruisseaux et rivières que nous puissions encore prendre ce plaisir de la pêche de la truite.

Le pétsu

Juillet 2012

Truites et asticots, ou est le problème?......

Un appât que nous pourrions utiliser facilement, bon marché et dont l'efficacité sur les poissons de seconde catégorie n'est plus à démontrer, mais interdit en première grâce à des croyances passéistes distillées au bord de l'eau par des pêcheurs élitistes pratiquant une pêche dite plus noble…. D'après ces pêcheurs, l'asticot mange les truites depuis l'intérieur, d'où son interdiction en première catégorie !

Mais non, les truites ne sont pas dévorées de l'intérieur par l'asticot, qui comme toute larve se fait dissoudre par les sucs gastriques contenu dans l'estomac des poissons ! Ces sucs gastriques contiennent en outre des acides, tout particulièrement l'acide acétique et l'acide hydrochlorique, qui sont les principaux composants rendant ce suc gastrique digérant. A noter que l'estomac des poissons, lorsqu'il est vide, n'a pas ou peu d'acidité, les sucs gastriques seront produits dès l'ingestion de nourriture, et les larves d'asticots ne dérogent pas à cette règle , ils seront attaqués et dissous dès l'ingestion ! Sinon, que serait advenu de toutes les populations de cyprinidés qui mangent ces asticots pendant les amorçages des pêcheurs au coup ? Ils ont bien compris que cet appât utilisé depuis des lustres ne gêne en rien à la santé des poissons et concoure à la réussite de leur partie de pêche
.
Si ce prétexte fallacieux des asticots dévorant les truites de l'intérieur ne tiens pas, pourquoi son interdiction ? La croyance est encore tenace, les truites raffoleraient de cet appât, et l'agrainage en première catégorie mettrait nos truites en appétit, dans ce cas l'interdit d'amorcer devrait suffire et les truites pourraient alors se laisser piquer à l'hameçon du pêcheur sans être dans un état de folie alimentaire…

Mais en réfléchissant un peu, cela pourrait servir quelques intérêts que certains pêcheurs aimeraient se réserver, par exemple avec l'introduction de l'ombre commun dans le sud ouest, et qui lui aussi prends bien l'asticot, les pêcheurs aux appâts naturels pêchant des ombres à l'asticot et pas en nymphe au fouet…une hérésie très certainement !

N'entretenons pas de fausses vérité sur cette larve, et gardons la possibilité de pêcher encore avec des asticots, tout du moins dans les régions ou son interdiction n'est pas encore de mise !

Le pétsu

Aout

En septembre, le retour à la pêche s'impose

Après un mois d'Août consacré aux vacances et durant lequel la pêche est mise, à tort, un peu de côté, le mois de Septembre est synonyme de retour sur les ruisseaux et rivières.

En effet, sortant de leur torpeur estivale ou la chaleur et le niveau bas des eaux ont forcés les truites à rester bien souvent cachées au frais, le retour de l'automne et le rafraîchissement qui permet une baisse sensible des températures leur donne de nouveau l'envie de sortir. Le besoin calorique est lui aussi important, le frai qui aura lieu en décembre ou janvier demande beaucoup d'énergie, il leur faut donc " faire le plein ".

Les pêcheurs pourront donc profiter de ces derniers jours de pêche, ceux qui nous rapprochent de la fermeture, pour faire quelques belles truites et se remplir la tête pour la saison hivernale ! Toutes les techniques sont bonnes à cette époque, mais bien sur celle qui fera bouger le plus de gros poissons est le vairon manié, une bouchée importante qui apporte de l'énergie à nos belles mouchetées. Mais cela n'est bien sur qu'une hypothèse, certains préfèrent le toc, la mouche, le leurre ou tous autres moyen légale de capture !

Et quelque soit la technique employée, gardons à l'esprit qu'une truite qui saigne, tout particulièrement des branchies, est une truite qui va mourir, ne la rendons pas à la rivière, son cadavre se décomposerait peut être sur une frayère, alors, sous prétexte d'une pêche responsable, il est mieux de conserver un poisson à l'agonie plutôt que de pratiquer un no kill inutile.

Une pêche dite responsable doit être réfléchie et ne pas obéir seulement aux lignes de conduite dictées par certains, voulant à tout pris pratiquer le prendre et relâcher !

Le pétsu.

Page 2 sur 5