La ripisylve

Préserver la rivière et ses berges grâce à la ripisylve 

La zone riparienne borde les ruisseaux et rivières. On la nome aussi ripisylve. Cette zone à une importance élevée pour la protection de nos rivières, c'est une transition entre le monde terrestre et aquatique.
Sa largeur, sa plantation et les essences qui la composent sont des éléments indispensables pour la bonne santé d'une rivière. On peut schématiquement la décomposer en trois zones, un espace tampon, un espace intermédiaire et la ripisylve,
Une quatrième zone est représentée sur le croquis, il s'agit de la zone de culture, que se soit pour les cultures ou le bétail.

 Zone de culture

Cet espace est bien souvent le plus gros fournisseur de polluants, nitrates et phosphates. Mais nous n'entrerons pas dans ce débat, là n'est pas le thème de ce sujet.

 La zone tampon

La zone tampon a pour utilité de limiter les dégâts ! Elle doit être vierge de toutes cultures afin de jouer son rôle d'éponge et de pièges (principalement pour les nitrates, phosphates et produits phytosanitaires) . Planté d'herbacés ou encore avec quelques arbres qui contribuent à la qualité visuel du site.

 La zone intermédiaire

La zone intermédiaire fournit les abris nécessaires au gibier, elle assure toujours, dans une moindre mesure, la stabilité des berges, mais aussi casse les courants violents dus à une crue et joue un rôle de brise vent. Elle peut avoir un rôle économique avec la récolte du bois, qu'il soit de chauffe ou destiné à la menuiserie ou ébénisterie.
Les saules, frênes, aulnes, peupliers blanc, qui constituent l'essentiel des peuplements, possèdent un système racinaire très dense et profond qui contribue au maintien des berges.

 La ripisylve

invasion de la renouée du japon

C'est la dernière barrière contre les polluants de surface. C'est LA zone à protéger impérativement, elle évite l'érosion des berges, apporte l'ombre nécessaire qui évite l'échauffement de l'eau, et laisse passer la lumière l'hiver, cette zone étant principalement plantée de feuillus, les feuilles tombant en automne permet au soleil de pénétrer la rivière.
Les essences de bois de cette zone : saule, vergne, aulne, sureau.
La végétation à éviter impérativement, la renoué du Japon, elle ne retient pas les berges et supprime la venue de la faune indigène.
Les résineux sont à éviter, leurs aiguilles acidifient l'eau et leur système racinaire est étendu en surface.

Xavier HUDRY