La pêche du Lavaret au canin

Le lavaret, appelé plus généralement corégone, fait partie de la famille des Salmonidées, et appartient au genre corégonus . C'est une espèce exclusivement lacustre, autochtone dans les grands lacs alpins, tel le lac Léman, le lac du Bourget, ou encore le lac d'Annecy. Il a aussi été introduit dans de nombreux plans d'eau, comme le barrage de Vouglans, le lac de Saint Point...

C'est un poisson pélagique, qui se nourrit essentiellement de plancton et de larves aquatiques, comme le stade larvaire des chironomes par exemple. Sa taille moyenne est de 40 cm au Bourget, mais il peut atteindre 65 cm pour 3 kg.
Il vit généralement par 20 à 40 m de fond, et se rapproche du bord seulement pour la reproduction qui se déroule fin décembre - début janvier, quand la température de l'eau passe en dessous de 7°C. Les poissons se rassemblent alors la nuit sur les bancs de gravier pour frayer, en nombre important, un spectacle impressionnant, à contempler à la frontale !

La gambe est une ligne longue de 5 à 10 m, plombée à son extrémité, et sur laquelle sont fixées des imitations de chironome en potence. Le nombre de nymphes dépendra de la réglementation, qui est variable selon les plans d'eau, à titre d'exemple, sur le Bourget la limitation est à 18 nymphes, alors que dans les lacs du Jura elle est à 5.

Le corps de ligne de la gambe sera de préférence en 18/100, et les potences, longues d'environ 3 cm, en 16/100. L'espacement entre les nymphes est variable, mais je peux cependant vous donner une formule de base qui est assez efficace : 1ère potence à 10cm du plomb, 2ème à 20cm, 3ème à 30cm, 4ème à 40cm, 5ème à 60 cm et toutes les suivantes espacées de 80cm. Puisque j'en ai parlé, le plomb pèsera entre 5 et 20 grammes selon votre goût et la puissance de la canne.
La canne, appelée canin par les locaux, est bien spécifique. Elle ne mesure que 1m20, et aura bien souvent plusieurs scions adaptables, de puissances différentes. Je préfère largement les scions fins et sensibles, permettant de détecter les moindres touches, très discrètes en général.
En ce qui concerne le moulinet, on optera pour un modèle ultra léger, garni de tresse fine, toujours dans un soucis de préhension des touches.


La recherche du lavaret en barque, de par l'équipement spécifique qu'elle induit, demande une certaine organisation, qu'il n'est pas évident d'acquérir...
Avant de partir, il faudra vous équiper de :
-votre canin, moulinet et gambes
-une rallonge, dont on verra l'utilité plus loin
-une épuisette à maille nylon ( pour éviter de coincer les nymphes dans le filet )
-un sondeur, qui permet de gagner beaucoup de temps
-un bidon équipé d'un mousqueton
-une glacière ( pour conserver vos prises, et surtout pour le casse-croute et la bouteille de blanc du pays !)

Pour commencer il faut localiser les poissons, la technique la plus simple consiste à rejoindre les petits attroupements de pêcheurs, qui ne sont jamais placés au hasard ! Ensuite si vous désirez plus de tranquillité, vous pouvez rechercher les lavarets au sondeur, en vous déplaçant en premier lieu au-dessus de 20 à 35m de fond.
Une fois le poisson repéré, deux écoles se présentent à vous, la pêche encrée, ou la pêche à la rame. La première à l'énorme avantage de vous stabiliser en cas de vent. C'est là qu'intervient le bidon et son mousqueton, après avoir jeter l'encre, il vous faudra vous en écarter, sinon vos gambes risquent de s'y emmêler. Donc une fois l'encre au fond, faites une boucle sur la corde, fixez-y votre bidon, et laissez quelques mètres de mou avant de l'attacher au bateau.
La pêche à la rame à ma préférence en l'absence de vent, car elle permet de suivre les bancs de lavarets, et de pêcher plus efficacement.

Cela fait, vous pouvez enfin commencer à pêcher, en laissant descendre votre ligne au fond. L'animation consiste à décoller votre gambe du fond, sur 1m environ, et ce le plus lentement possible, de manière à imiter des nymphes qui sortent de la vase pour tenter de rejoindre la surface. Comme je l'ai déjà dit, la touche est généralement discrète, et il faut immédiatement répondre par un ferrage ample et énergique, n'oubliez pas que vous avez une canne courte et que l'action se passe 30m sous vos pieds ! Remontez le lavaret et préparez votre rallonge (canne à coup de 4m avec un gros anneau ouvert au bout du scion ).
La ligne remonte, et l'émerillon entre la tresse et la gambe arrive en butée sur l'anneau de tête de votre canin (attention à la casse !), seulement le poisson est peut-être en bout de gambe, 6m plus bas, et votre canne mesure 1m20 ! Passez donc l'anneau de la rallonge dans la ligne, c'est à moment là que le véritable combat commence, le lavaret se défendent très bien quand il aperçoit le soleil. Un coup d'épuisette et le tour est joué (facile à dire...).
N'oubliez pas de noter vos prises au fur et à mesure sur votre livret spécifique, si la réglementation en place l'exige, ce qui est souvent le cas.
Voilà, ce petit article n'apprendra rien à quiconque pratiquant cette pêche régulièrement, mais permet d'avoir un petit aperçu de cette technique typiquement alpine.

Vince73