la monture variopêche

Page 22 sur 28

Alain SEGOND nous parle de sa monture

J'ai voulu en premier éliminer le phénomène de vrillage..donc il fallait éviter de fixer la monture par le devant en son centre (ce qui est la règle actuellement sur les godilles à disque ou les casques)...
En deuxième, il me semblait préférable de présenter le leurre ou le vairon de façon horizontale pour lui permettre de godiller et ceci à très faible vitesse de récupération car actuellement aucune godille ou casque ne permettent à un vairon de godiller dans le courant ou les zones calmes (il suffit pour s'en apercevoir de regarder nager les vairons ou stationner derrière un caillou...tous les vairons godillent à l'horizontale).
...ensuite, il fallait essayer de limiter les accrochages...

Donc voilà les raisons techniques, le cahier des charges...et pour moi la seule façon est de positionner l'oeillet de fixation de la monture au dessus de l'axe médian (pour éviter le vrillage), et si possible au dessus du centre de gravité (pour maintenir le vairon à l'horizontale);
Ensuite, pour réduire les accrochages, il faut proposer de monter les triples:

  • soit au dessus (fixation sur le dos du vairon pour limiter les accrochages); j'ai donc fait une version avec triple dorsal
  • soit en dessous en proposant une version avec hameçon triple en protégeant le triple par la partie avant du plomb...tu pourras remarquer sur les leurres avec hameçon ventral que le triple se présente derrière la partie avant de plomb (partie que j'apelle "disque") et dans son prolongement...le triple n'est donc pas franchement saillant.

Mais on accroche quand même quelle que soit la version...

De plus, ce disque se comporte comme la bavette d'un poisson nageur...il réduit les accrochages sur les obstacles du fond (phénomène de bottom tapping) et accentue le phénomène du godillement car il permet au leurre de faire des écarts et de frétiller de la queue dans le courant. Ces particularités sont tout à fait uniques et innovantes.

Je pense que la godille VARIO est techniquement la plus élaborée de toutes, permet des nages très réalistes et surtout peut pêcher dans toutes les conditions (courants, calmes, rivières, lacs, ...) en changeant les vitesses de récupération si on le souhaite...avec moulinet ou sans moulinet (à la barre dans les "rigoles" et ruisseaux)

Mais rassurez vous, elle n'attire pas le poisson et c'est encore les meilleurs pêcheurs qui restent les meilleurs...
L'art de manier, la connaissance des postes, la lecture de l'eau, la précision restent toujours essentiel. C'est pas celui qui a la plus belle canne, le plus beau moulinet...qui prend le plus...mais en général les bons pêcheurs choisissent le bon matériel.

La monture nue (avec le triple dorsal) permet de passer du vairon au leurre souple sans aucun problème (Fixer le triple sur le dos puis enrouler le fil de cuivre en arrière des opercules du vairon pour éviter au triple de se décrocher trop rapidement). Si on a des petits vairons, enrouler l'excédent de l'avançon autour de l'oeillet .

Quand à savoir si le vairon est supérieur au leurre souple...c'est pas facile de répondre.. Chacun fait comme il veut.

Au bout de plusieurs comparaisons avec les autres pêcheurs, collègues, amis et clients, il m'est impossible de répondre...Il faut croire au leurre souple pour y pêcher...Ce que je sais, c'est que parfois on prend plus au vairon mais quand ça s'arrête de mordre, c'est inutile de continuer...essayer au leurre souple permet parfois de reprendre surtout quand il fait clair. Quand le poisson est dehors, en général le leurre souple prend lui aussi.
Ce que je sais aussi, c'est qu'on prend des grosses truites (+ de 50cm) au leurre souple...C'est en fait un peu comme il y a 30 ans quand on pêchait au twist...beaucoup ne croyaient pas au leurre et ne pêchaient qu'au vif...Actuellement on sait que les LS sont incontournables...Je ne crois pas que les truites sauvages soient des carnassiers à part...

Page 22 sur 28