No kill raisonnablement déraisonnable (Janvier2011)

Depuis quelques années maintenant, la pratique du no kill se démocratise, une vision de la pêche différente du passé, mais ces gestes " salvateurs " le sont-ils vraiment ?

Une grande mode lancée par les adeptes de la pêche à la mouche pour rendre encore plus noble le lancer de mouches artificielles. Mais sommes nous sur que ce geste soit vraiment fait dans de bonnes conditions et n'ait aucune incidence sur l'avenir du poisson. Parce que si la truite est le poisson dit noble qui a certainement été le premier à bénéficier de cette mode, les carnassiers suivent maintenant ce chemin et sont eux aussi relâchés dans leur élément.
Ce qui dans ces gestes me semble tout de même représenter un danger est la façon dont le poisson est manipulé. Pour la truite, la prise à l'épuisette ou encore à la main se fait assez rapidement pour tous pêcheurs ayant un peu d'expérience en la matière, maille fine et mains mouillées sont un gage de sécurité pour le mucus protecteur de la truite, mais, ce qui me paraît vraiment peu respectueux du poisson, ce sont les séances photos qui s'éternisent, dans les mains, posés sur l'herbe sur un caillou etc etc, dans ces cas le poisson devrait être destiné à la consommation, ces séances ne sont certainement pas bénéfiques à la santé de la truite, le stress subit, le manque certain en oxygène plus tout ce dont on ne peut pas se douter…
Les carnassiers n'ont guère plus de chance, gants, pinces et autres ustensiles dignes d'une salle de torture du moyen âge… Il semblerait que le no kill pratiqué dans de telles conditions ne soit d'aucune utilité pour les habitants de nos eaux, et voir même mortel dans certain cas…

La législation autorise la prise de poisson, des quotas et des tailles légales sont en vigueur, le simple fait de les respecter suffit à la protection du cheptel, qui je le rappelle est bien souvent introduit par les AAPPMA pour satisfaire les pêcheurs avides de congélateurs pleins….Ne donnons pas mauvaise conscience au pêcheur qui prélève en toute légalité ses poissons, car le " No Killer " fait parfois plus de mal que de bien, mais il se donne bonne conscience et pense que seul ses actes ont réelles valeurs pour préserver….des truites de lâcher !

Le Pétsu

Les grosses truites (Février 2011)

Tous les pêcheurs sont fiers de montrer leur belles prises, qu'importe la technique employée pour la capture de ce poisson souvent attendu, la fierté est toujours grande et en rapport avec l'expérience du pêcheur.

Les pêcheurs traquant la truite prennent des poissons tout au long de la saison, et de temps en temps, un poisson dit trophé. Ce terme est cependant à relativiser, un poisson trophé pour un pêcheur pratiquant seulement petits torrents de montagne qu'un pêcheur pratiquant une grosse rivière calcaire, j'allais dire la Loue, mais la situation actuelle de cette rivière ne permettent plus de telle comparaison, disons une belle rivière calcaire de plaine. La différence de taille et de morphologie est là sans appel, en torrent de montagne, une truite de quarante centimètres est déjà une belle truites, alors que dans certaines rivières de plaine, elles sont juste à maturité sexuelle.
D'autre part, et c'est surtout là ou je veux en venir, nous pouvons remarquer un état de fait vraiment évident, sur le bassin méditerranéen les grosses truites sont toujours de souche méditerranéenne, et sur le bassin atlantique, ce sont toujours des truites de souches atlantiques , ce qui me fait penser qu'elles sont vraiment adaptées à leur biotope et leur permettent d'atteindre ces tailles respectables.

Mais alors, que deviennent les truites danoises importées depuis des décennies, ne sont elles pas capables de résister à ce milieu qui n'est pas le leur???? Nous revenons encore une fois à une logique implacable et nous pouvons l'affirmer, "chassez le naturel, il revient au galop"....

Le Pétsu

Evolution de la pêche (Avril 2011)

Tous les pêcheurs connaissent cette pratique qu'est le no kill, les pêcheurs à la mouche en revendiquent la naissance et en sont particulièrement adeptes, c'est donc sans étonnement que je découvre une nouvelle philosophie de pêche venue d'outre atlantique, le "no catch".
Différentes études menées aux Etats Unis semblent prouver que la pratique du "no kill" par les lanceurs de mouches fouettées contribue à la sauvegarde des salmonidés, ce qui a naturellement poussé certains de ces pêcheurs à approfondir leur réflexion concernant leur loisir. Le fruit de cette réflexion s'appelle le "no catch". Les revues américaines, telles que le Gérald's Tribune détaillent avec soin cette nouvelle vague qui consiste à pêcher avec un hameçon dont la pointe est supprimée, et ou seul la touche du poisson est la récompense de l'acte de pêche, évitant de la sorte toutes blessures et tout stress à la truite. Néanmoins, nous sommes en droit de nous demander à quoi sert une telle pratique, puisque le contact physique entre la bête et l'homme ne se font plus...
A noter que cette technique peut s'appliquer à tous les types de pêche, il faut simplement adapter le leurre ou l'hameçon...

Les mentalités évoluent, de la pêche traditionnelle , puis sans ardillon, en "no kill" et maintenant en "no catch", gageons que pour les années à venir le "no fish' sera de mise et fera la fierté de ces pêcheurs qui contribuent à l'équilibre de la rivière et à la sauvegarde du patrimoine halieutique.

Le Pétsu
source: 'le canard d'avril'

Rencontre TER mai 2011

C'est sur le domaine de Grand Villette à Saint Laurent du Pont que les 40 pêcheurs (de 16 a 67 ans) se sont réunis durant trois jours autour de leur passion commune, la pêche de la truite. Venus des quatre coins de la France, tous ont put apprécier l'accueil chaleureux des Alpins dans ce grand gîte. Les spécialités de chaque région ont trouvées de fines bouches qui ont su apprécier la qualité du terroir Français riche en gout, fromage, vin, charcuterie, le panel complet fut proposé par et pour tous. La convivialité de ces rencontres est un des buts, mais la pêche a pris une grande part dans ce long Week-end. Tous les jeunes présents ont été invités par leurs ainés, repas, logement, déplacements sont payés par un tronc commun, une des valeurs que Truites et Rivières est fièr de promouvoir.

Les rivières de l'AAPPMA du haut Guiers ont été visitées et pêchées par tous, à noter l'excellente qualité de ces rivières du au travail de l'AAPPMA, enrochement, gestion patrimoniale, fusion de trois AAPPMA en une seule pour un meilleur suivi du linéaire hydraulique, toutes ces conditions ont permis aux membres de l'association Truites et Rivières de pouvoir pêcher environ 700 truites dans le WE, toutes remise à l'eau, plus un très grand nombre d'ombre commun, la densité sur le Guiers prouve que le travail d'une AAPPMA est primordiale pour la santé de nos rivières, un grand bravo à tous les acteurs bénévoles de ces travaux ! Le Président de l'AAPPMA a présenté l'AAPMA puis le bureau a partagé notre repas du samedi ou les diots et la polente étaient au menu.
Tous sont repartis le dimanche en début d'après midi, les Pyrénées, le Centre, le Limousin, le Mercantour, la région Parisienne attendaient le retour de tous ces pêcheurs. Un RDV annuel que beaucoup attendent avec impatience, avec des valeurs morales fortes, une amitié simple et la continuité dans le forum internet tout au long de l'année. Merci à tous ces acteurs de la pêche responsable qui permettent de tisser des liens forts entre membres.
Rendez vous est pris pour l'année prochaine, avec certainement un détour dans le Mercantour, mais en attendant, arvi pa.

Xavier Hudry

Résultat concours juin 2011

Depuis l'ouverture de la truite en première catégorie, tous les internautes et les lecteurs de SALMO ont eut la possibilité de proposer des photos pour le concours de cette année.
Après délibération de jury,voici les résultats:

  • Premier prix, une semaine d'hébergement , une journée en compagnie des guides des Belleville et trois permis de pêche attribué à Gobbo Richard (Photo 54)
  • Deuxième prix, un WE au Carlit est attribué à Marc La perche (photo 22)
  • Troisième prix, un panier et une boîte mouche est attribué à Stéphane Barbier (Photo 1)
  • Quatrième prix, une nuit au refuge des Lys est attribué à Léo Caterina (photo42)
  • Cinquième et sixième prix, un abonnement SALMO à Cedric Géa (photo 51) et Turounet J.M (Photo 43)
  • Septième au dixième prix, le livre D'alphonse Arias pour:Denis Chapeau (Photo 19),Marc Quéré ( photo 40), Vincent Reynaud (Photo 7), Batrina Benoît (photo 49)

Pour les deux jeunes récompensés par TOC PASSION et Le PECHEUR TOULOUSAIN:

  • Canne FI TOC PASSION: Baehler Amandine (Photo 30)
  • Canne LE PECHEUR TOULOUSAIN: Naille Yohan (photo 37)

A la recherche des truites perdues

La truite commune est manipulée depuis de nombreuses années, à des fins de repeuplement, de soutien aux populations existantes et bien sur de complément de pêche pour l'ouverture. Autrefois, les arcs en ciel tenaient ce rôle de soutien pour l'ouverture et satisfaisaient les pêcheurs occasionnels ne pêchant la truite que pour l'ouverture. De nos jours, ces données ont changées.
Les AAPPMA restant le plus possible à l'écoute de leurs membres, la décision de mettre des poissons surdensitaires de type fario est prise. Et voila, du poisson sauvage avec des couleurs qui ressemblent à celle que nous connaissions, les pêcheurs sont content, ils attrapent de la fario, mais quelle fario ? Probablement issues de pisciculture et dont l'origine, bien que traçable de nos jours, laisse penser que les souches utilisées sont bien souvent des danoises, de souche atlantique. Mais alors, que deviennent les truites de souche méditerranéenne ? Les bassins versants méditerranéen devraient être peuplés de truite de type Med, mais il est certainement plus facile d'y attraper une truite de souche Atl….Certes le pêcheur occasionnel est satisfait, il pense prendre des truites sauvages à la robe si particulière, oui de la fario, pas de l'arc en ciel ! Une belle tromperie, et si un minimum de connaissance était donnée directement aux pêcheurs, ils pourraient en toute conscience choisir la pêche qu'ils désirent.
La pêche doit rester une passion populaire, sans se soucier de la technique appliquée pour attraper une truite, sans avoir sans cesse besoin de matériel hig- tech, ni même de reconnaissance au vu de ce qui est pris ! Mais populaire ne veux pas dire ignare, et les infos de bases devraient être dispensées aux jeunes qui prennent leur carte de pêche, une formation prise en charge par les AAPPMA pour que la pêche Française puisse avoir un avenir.
Faire des erreurs est le propre de tout le monde, reconnaître ses erreurs est déjà plus difficile, corriger ses erreurs est certainement une bonne solution, empêcher à la génération futur de reproduire ces erreurs est certainement ce qu'il faut faire, mais seul l'avenir pourrait nous le dire, nous ne seront plus là pour le voir…….
Le Pétsu

C'est la fin

Pour la majorité des pêcheurs, la pêche des la truite en première catégorie est terminée, mais certains peuvent jouer les prolongations jusqu'au 9 octobre…..
La fermeture de cette première catégorie va nous permettre de nous ressourcer, de reprendre l'envie d'aller à la pêche par le manque provoqué par cette trêve forcée, c'est peut être grâce à ça que l'ouverture est toujours une véritable joie !
En attendant, le spectacle du fraie, les promenades au bord de nos rivières et l'entretien de notre matériel devrait nous faire patienter jusqu' à cette ouverture !
Nous vous préparons quelques dossiers qui pourront vous aider à attendre l'ouverture, notamment sur l'entretien du matériel...N'hésitez pas à nous proposer vos idées et votre savoir faire!

Bonne trêve à tous.

Le Pétsu

C'est Noël

En cette période de fin d'année, nous pensons tous plus ou moins aux festivités de fin d'année. Les rencontres familiales et traditionnelles de Noël, le réveillon entre amis, les cadeaux à faire…

Pour les pêcheurs, rien de plus facile, un cadeau est facilement trouvé, et ce à tous les prix, mais néanmoins, ce qui me laisse un goût amer, c'est la période ou commence à fleurir les annonces de Noël. Depuis un bon mois déjà, l'effigie du père Noël est partout, à croire que c'est maintenant que nous devons fêter Noël, sommes nous si pressé de voir la fin d'année ? Même si c'est une fête religieuse, elle a été détournée en fête commerciale, comme tout le reste d'ailleurs, et cela n'a quasiment plus de sens, les bambins voient le bonhomme aux grosses joues de plus en plus tôt et la préparation en est moins festive. Nos enfants sont moins crédule, à 5 ans ils ne croient plus à ce père Noël, puisqu'il est partout, on le voit même à la télé, et c'est bien connu, tout ce qui se voit à la télé est vrai……

Il est ou le temps ou une simple orange faisait le bonheur d'un enfant ? Mon père se contentait de ce présent, il me disait qu'il avait même du mal à manger cette orange, et du coté de ma maman, les jouets en bois fabriqué par le grand père étaient de mise…Un vrai cadeau, celui qui à une vraie valeur, pas seulement celle commerciale que l'on attribue à nos cadeaux actuels. Le progrès à du bon, c'est certain, mais tout de même, on va bientôt manger la galette des rois en aout, fêter Noël en juin et le réveillon quand on a le temps !

Bon, je vous laisse, je cours faire mes emplettes, j'achète la dinde des rois et mange la galette farcie demain, c'est toujours ça que les autres n'auront pas…

Joyeux Noël

Page 4 sur 5